Agence Yodog • Interview de Cyrille Macé

Agence Yodog • Interview de Cyrille Macé

Cyrille Macé (photo : Constance Kistner)

Cyrille Macé (photo : Constance Kistner)

Cyrille Macé est président de Yodog, une agence de communication et de production audiovisuelle basée à Paris.


Cyrille, quelle est la principale qualité de Yodog aujourd’hui ?

Sans hésiter, notre entourage direct : nous avons développé depuis trois ans un réseau de professionnels ultra réactifs et compétents, chacun dans leurs domaines respectifs, ce qui nous permet en fonction des projets, d’élargir de façon très efficace notre scope de compétences, aussi bien créatives que techniques.

C’est aussi cette souplesse qui nous donne la possibilité d’aller toujours au delà des demandes de nos clients et répondre encore mieux à leurs besoins, à chaque étape de la chaîne de production d’un projet.


Peux tu me donner un exemple concret ?

Il y a deux ans, Heineken est venu nous voir. Dans un premier temps leur brief concernait la création d’une vidéo qui puisse mettre en exergue le fait que leur nouvelle bouteille brille dans le noir. Il se trouve qu’un événement pour célébrer les 20 ans d’Heineken était planifié pour la même période.

Pour cette occasion, en plus de réaliser la vidéo, nous avons eu la possibilité de leur proposer de relier cette vidéo (dont l’objet était d’être diffusée sur le web) avec leur événement, et ainsi créer pour leur stand un mapping vidéo sur une bouteille d’un mètre trente de haut.

Il a donc fallu fabriquer la bouteille, identifier puis diriger les créatifs aussi bien sur le travail du spot vidéo que sur l'imagerie du mapping vidéo de la bouteille, réfléchir aussi à l’environnement et au branding du stand, définir une stratégie de marque, le discours de l’événement en lui-même, au final monter et gérer toute l’équipe nécessaire à la réalisation du projet.

Voilà, je pense que c’est vraiment ça la force de Yodog, savoir s’entourer. Dans cette optique d’ailleurs, c’est très important pour nous de tenir au courant chaque intervenant du projet des tenants et aboutissants des différentes phases et applications concrètes d’une campagne de ce type. On cherche en général à fluidifier plutôt qu’à segmenter les échanges au sein d’une équipe dédiée, parce que c’est la cohérence et la réussite du projet qui en découlent.


Quels sont les axes de développement de Yodog pour 2015 ?

Je vois deux axes :

- Continuer à s’adapter au marché, en particulier avec les agences de communication avec qui on travaille régulièrement et qui s’attendent à une très grande réactivité, avec des calendriers très serrés.

- Développer notre marque avec mes deux associés, pas simplement en nous positionnant comme prestataires de services, mais qu’on vienne aussi nous voir pour notre signature, montrer à nos clients ce que nous avons en plus, ce qui fait notre force sur ce marché très concurrentiel de la production audiovisuelle et de la communication.


C’est un peu ce que vous faites en sortant un clip aujourd'hui ? Tu peux nous en dire plus ?

Effectivement, Supernova est un projet auto-produit, pour et avec des amis du groupe The Electronic Conspiracy. C’est une bonne illustration de ce qu’on sait faire sur le plan créatif, et qui nous permet de valoriser nos qualités au delà du motion design en tant que tel, c’est-à-dire circonscrit aux demandes du marché.

Official video for "Supernova" by The Electronic Conspiracy "ELEKTRA" new album available on iTunes: http://smarturl.it/elektra Official Website: www.theelectronicconspiracy.net Yodog: www.yodog.fr


Comment le motion design s’inscrit-il dans les stratégie de com’ aujourd’hui ?

J’ai commencé il y a 6 ans dans le motion design au sein du pôle Motion Design de TBWA Paris qui venait d’être créé, et c’était une nouveauté à l’époque pour une agence d’avoir un pôle motion en interne. Les besoins au départ c’était du power-point amélioré, de la com’ interne. Aujourd’hui ils ont totalement intégré le motion design via une structure dédiée, et ils ont consolidé leur démarche en adjoignant des directeurs artistiques et des concepteur-rédacteurs aux équipes de réalisateurs et techniciens.

D’une démo animée permettant au client de visualiser le parcours utilisateur de sa future refonte de site web, ils sont passé à la création d’un objet à part entière s’inscrivant dans une stratégie de com’.

Sur un plan plus global, on est passé désormais à une communication de l’instant, où il faut être juste et percutant tout de suite. Ce n’est plus du tout de la planification de mise en place de stratégie de com’ avec plusieurs échelons. Le premier échelon est tout aussi important que les autres. Une sorte de com’ de crise permanente s’il fallait faire un parallèle.


Ta ou tes définition(s) du motion design ?

Le motion design c’est du design en mouvement. Le design c’est déjà un champ à part entière. Le mouvement c’est pareil, ça va de l’animation traditionnelle à la prise de vue réelle. On y retrouve en fait toutes les composantes du design graphique et de la production de film (scénario, story-board, effets spéciaux, direction artistique, prise de son, composition, photographie, direction artistique etc.).

Mais au delà de la production de film institutionnel ou de pub TV, les installations interactives font selon moi partie intégrante de la réflexion et des évolutions du motion design. En fait, derrière le terme générique de motion design, c’est surtout un métier qui en réunit plusieurs, et on voit bien ce que la multiplicité des supports permet de développer comme expériences innovantes et originales pour les consommateurs.

Mais quoi qu’il arrive, c'est la réflexion créative et le design qui doivent rester absolument au coeur du processus. Je rappelle souvent aux étudiants à qui j’enseigne à E-Art Sup, que se contenter de maîtriser AfterEffect ne fera d’eux que des techniciens, pas des motion designers. J’insiste sur le fait qu’ils doivent être menés par leur envie et aussi s’exprimer sur le plan créatif, et que je ne suis pas là pour leur apprendre un outil. Maîtriser l’outil c’est essentiel, mais la recherche créative, passer par le crayon, filmer dans la rue, développer des projets personnels, c’est beaucoup plus important.


Quel intérêt trouves-tu à faire appel à des freelances ?

Ouvrir le champ des possibles, se donner la possibilité d’aller toujours plus loin, pour mes clients comme pour Yodog.


Quels conseils donnerais-tu à de jeunes designers qui souhaitent se lancer en freelance ou bien encore créer leur boite ?

Ne pas négliger d’apprendre le métier d’abord dans de grandes agences, afin de développer leur expérience, le travail d’équipe, gérer la pression, le langage, développer son réseau. D’autant plus dans la perspective de créer sa propre entreprise et d’être confronté à une hiérarchie et aux différentes facettes du management. Vivre ça au quotidien d’abord en agence, ça me semble utile avant de décider de franchir le pas.

Éloge de la lenteur • Interview de Claire Brun

Éloge de la lenteur • Interview de Claire Brun

Le retour des Revenants • Interview de Jimmy Desmarais

Le retour des Revenants • Interview de Jimmy Desmarais